lundi 23 mai 2022

Baisé en abattage sur un chantier

MA RENCONTRE AVEC SYLVAIN

Baisé en abattage sur un chantier

*****************

C’était le soir de mes vingt quatre ans, Ludo et Fred m’avait invité à manger au restaurant, nous discutions de sexe et je leur parlais des plans avec Philippe, du sauna et du p’tit Théo. Ludo me demanda plein de détail sur lui, il adorait les jeunes mecs, je lui ais dis qu’il aurait l’occasion de le rencontrer car j’allais l’inviter pour le réveillon de la nouvelle année. A la fin du repas, nous rentrons chez eux boire une coupe de champagne. Ludo enleva son pantalon, son slip à la main, il me dit « met le, tes vingt quatre bougies et ton cadeau t’attendent ». Fred m’apporta un de ses débardeurs et jogging. Ils me mirent un bandeau sur les yeux. Je leur demandais ou on allait, Fred me répondis que c’était une surprise. Quelques kilomètres plus loin, la voiture s’arrêta, Fred m’aida à descendre et à marcher, je ne voyais rien, je sentais sous mes pieds des gravats, Ludo parlait à un mec et lui demandait si tout était prêt. Fred me fit boire du coca en me disant qu’il fallait que je me désaltère bien, m’enleva le jogging et m’attacha à califourchon sur une sorte de petite table. Une chaleur m’envahissait, je gémissais et j’entendais Ludo qui disait « la p’tite pute est prête, on va lui graissé le cul au foutre pour ses bougies, à toi l’honneur Sylvain ». Le gars me déchira le slip, me bouffa le cul et me pénétra et me baisa ardemment. Je couinais de plaisir, il se contractait en s’accrochant au débardeur. Ses coups de bites devenaient de plus en plus forts, il éjacula en poussant un râle rauque et en déchirant le débardeur. Fred me pénétra et cracha rapidement son foutre Ludo pris la relève, me défonça et me remplis le cul, il resta quelques minutes à patauger et me dit à l’oreille « loulou, sylvain va t’injecter un produit dans chaque épaule, c’est juste pour que tu assures pour tes bougies, ne crains rien, tu vas chauffer, je veille sur toi » et il m’embrassa langoureusement. J’entendis une porte grincer, des murmures de mecs et Ludo qui disait  « les gars, je vous rappelle les règles, on lui bouffe pas le cul, on se fait pas sucer, vous le baiser à la chaine et cracher votre foutre à l’intérieur, à la sortie vous avez du sopalin pour vous essuyer. Le premier pourra aussi patauger, il a déjà trois doses. Une chaleur intense montait en moi me faisant gémir. Ludo était tout prêt de mon visage et me disait tendrement « respire lentement loulou, c’est bien, tu es en train de te percher ». Je sentais mon cul se dilater, un premier mec me pénétra d’un coup, ses mains sur mes fesses, il me défonça le cul et cracha son foutre en grognant, a peine retiré qu’un deuxième me baissa, il gueulait en crachant son jus « prends çà salope ». Ce fut le tour du troisième, je couinais sur les coups de bites des mecs. Ludo annonçait à haute voix les doses que je prenais, Sylvain surveillait les mecs et Fred gérais les départs. Je prenais un pied dingue, au quinzième, Ludo me demandait si j’allais bien en me disant « il en reste plus que neuf loulou, tu assures comme un chef » et il me donna de l’eau à boire. Je dégoulinais de sueur, je sentais le sperme chaud couler sur mes cuisses et je couinais comme une truie. Après que tous les mecs me soient passés dessus et remplis, Ludo me détacha, m’enleva le bandeau des yeux, je découvris le lieu, c’étais le chantier d’un des commerces que Ludo rénovais. Il me fit boire un grand verre d’eau et manger quelques morceaux de sucre et m’embrassa. Fred nous rejoignis, il passa ses doigts sur ma cuisses et ma raie maculé de foutre, me les donna à lécher et me roula une pelle. Ils m’installèrent sur un sling, Ludo me dit « maintenant tu vas rencontrer ton cadeau, c’est Sylvain, mon pote et associé » Je me suis mis à bander en le voyant. Il était magnifique, pas très grand, la peau mate, les yeux vert, son torse était joliment poilu, ses mains étaient fines et des cuisses trapues. Fred me demanda si mon cadeau me plaisait, je lui répondais «  pour sûr qu’il me plait, merci, vous êtes des amours ». Sylvain était entre mes cuisses, il me dis « salut toi, enchanté de faire ta connaissance » sa voix était chaude et sensuelle, je lui ai répondu « salut, tu es magnifique », ce qui le fit sourire. Il posa une petite cuillère sur mon ventre, me lécha les cuisses en recueillant du jus et m’embrassa avec. Il prit la petite cuillère, la racla sur mes cuisses et ma raie et me la donna à lécher. Ludo et Fred m’embrassèrent à tour de rôle. Je jubilais de plaisir, mon trou était grand ouvert, Sylvain y rentra la petite cuillère la remplissant de semence et me la versa dans la bouche en me disant « mange ton yaourt » puis il y mit ses cinq doigts qu’il me donna à lécher. Il joua un petit moment comme cela, je sentais ses phalanges au bord de mon trou, je gémissais et j’étais excité. C’est en sniffant une bonne dose de poppers que mon cul aspira sa main. Ils disent tous avec étonnement « waouhh Léo » et moi je couinais en disant  « oh oui, hummm, oui » Il resta un petit moment sans bouger et retira lentement sa main, il l’essuya sur mon visage en me disant  « tu es une bonne lope Léo, j’te kiff » Puis, il me pénétra avec ses couilles bien fermes par le cockring qu’il portait et il y rajoutas sa bite molle. Ludo et Fred m’embrassèrent  en disant «  on vous laisse jouer tous les deux, on est naze, on rentre se coucher, on t’appelle demain soir loulou » Sylvain me baissa avec le paquet au complet, je sentais sa bite grossir en moi, dans un énorme gémissement il m’envoya la purée.

Sylvain me raccompagna chez moi, dans la voiture, en me caressant la cuisse, il me dit « tu m’a rendu fou Léo, tu me plait énormément ». Je lui proposais de rester dormir à la maison, ce qu’il accepta. Après avoir pris une douche ensemble et m’avoir bien lavé le cul, on alla se coucher. Nous nous regardions, mes yeux pétillaient, en me caressant le visage il me dit  « tu es l’homme que j’ai toujours rêvé de rencontrer » Il m’embrassa sensuellement et me fit l’amour longuement et tendrement.

Sylvain est devenu un amant, un pote, un ami et bien plus tard mon mari.

 

dimanche 22 mai 2022

Philippe réveille mon coté actif

LA VISITE DE PHILIPPE AVEC THÉO

Philippe réveille mon coté actif

*****************

Un vendredi soir, Philipe arriva à la maison vers vingt deux heures trente, il m’avait prévenu de son passage nocturne et à ma grande surprise, il était accompagné d’un jeune homme. Pendant que je sortais des verres et des rafraichissements, Philippe me glissa à l’oreille, «c’est un très bon vidangeur de couilles il cherche à se faire dépuceler et je voulais le faire avec toi loulou ». Il s’appelait Théo, c’était un petit blondinet de dix neuf ans, il était un peu potelé, ses pecs étaient revêtus d’une belle toison, il avait des fesses charnues et poilues, de magnifiques yeux bleu et très timide. Il m’excitait, je bandais comme un âne et ma bite sortait de mon jock strap. Je roulais un joint pendant que Philippe nous servait a boire Théo était assis a coté de moi, je lui caressais son torse, ses cuisses, son sexe tout en l’embrassant à pleine langue, ne tenant plus je le retournais sur le canapé et lui bouffa son trou poilus, il gémissait en tortillant son cul. Je frottais ma bite sur sa raie, il mouillait abondamment. Je titillais son trou avec le bout de mon gland, Philippe me dit «va y prends le, déflore le », je lui ais répondus «à toi l’honneur, tu es le boss ». Je me suis assis dans le canapé et Théo c’est mis à me sucer, il savait s’y prendre avec une bite, il me faisait gémir. Philippe était derrière lui, son gland sur le trou, je sniffais une dose de poppers et en donna à Théo, il se mit à couiner, je le caressais, son corps était chaud. Je lui écartais les fesses, Philippe lui rentra le gland en arrachant un cri a Théo, je lui redonnais du poppers, Philippe resta sans bouger pour que son cul s’habitue, et me roula une pelle. La douleur passée sous l’effet du pop’s, Théo s’empala sur la bite et la prise en entier. Il gémissait, se tortillais, c’est remis à me sucer pendant que Philippe le baisais lentement. Je sentais la sauce monter, je me retirais de sa bouche, l’embrassa goulument. Je ne tenais plus, Philippe compris que je voulais le baiser. Ma bite est rentrée d’un coup, la sensation était puissante, j’ai pris une bonne dose de poppers, je le baisais très activement, nous gueulions tous les deux. Mon corps se contractait, j’avais les couilles pleines, ça me faisait deux semaines que je ne m’étais pas branler. Je sentais la sauce monter, c’est dans de forts grognements je crachais mon foutre. C’était la première fois que je baisais et fécondais un cul. Je lui donnas ma bite à nettoyer pendant que Philippe le baissa et se vida les couilles à l’intérieur. Nous fîmes une pause, papotage, boisson, grignottage. Théo était béa  et nous dit  « waouh, les gars c’était super ». Philippe lui demanda si il voulait arrêter ou continuer, il répondis « oh non, on continus c’est trop bon ».Je lui bouffais son joli cul et lui demanda de pousser, je jus sortais, je le récoltais avec la langue et lui recracha dans sa bouche et lui roulant une pelle au foutre. Philipe me baissa pendant que je suçais Théo, il gueulait « je vais jouir, je vais jouir », je m’activais sur sa bite et balança la purée en plusieurs jets, j’en avais plein la bouche. Je le recrachais dans celle de Philippe qui roula une pelle au jus à Théo. La soirée s’est poursuivis où Philippe nous baisait en alternance et en jouant avec le sperme.

Théo alla pour mettre son boxer, je lui ai dit « tu ne le remets pas, je le garde en souvenir, et tu reviens quand tu veux ». Il  s’habilla et s’en alla.

Philippe resta dormir avec moi, dans le lit, il me dit « Loulou, j’ai adoré quand tu la baisé, je le ramènerais et on le prendra en double.